Toronto FC vient à bout de St-Laurent

Le CS St-Laurent n’a pas su freiner l’élan fulgurant du Toronto FC, mardi soir, au BMO Field. Bien que les Montréalais aient connu un résultat défavorable de 8 à 1, ils en sortent grandis.

Vaincu trois buts à zéro dans le premier match, St-Laurent s’est dirigé à Toronto sans crainte, et ce même face à leur talentueux adversaire. John Herdman, l’entraîneur des Torontois, a présenté un onze de départ plus solide qu’au match précédent, notamment avec la titularisation de Lorenzo Insigne, joueur étoile du club torontois.

Une fois de plus, le défi était de taille et Insigne l’a fait savoir à ses opposants dès les premiers instants à l’aide d’une bonne frappe. Puis, à la 12e minute, Deandre Kerr a ouvert ce qui s’annonçait comme un festival offensif grâce à une demi-volée dans la cage protégée par Kosta Maniatis. C’était son premier filet sur ses quatre inscrits dans le match. L’attaquant de 21 ans semblait toujours en bonne position pour ajouter la touche finale aux actions de ses pairs. Tel un renard de surface, Kerr a fait preuve de lucidité dans ses déplacements et il a été très ardu à neutraliser dans l’affrontement. Son triplé en 43 minutes témoigne de ses qualités dans le dernier tiers adverse.

Les Laurentiens ont fait tout en leur possible pour protéger leur filet, mais un but sur une déviation de leur propre joueur, un but sur tir de pénalité et un but contre son camp ont nui à leur mission défensive. Cassius Mailua, Derrick Etienne, Nathan Goulet (contre son camp) et Prince Osei Owusu sont les autres marqueurs des huit buts de Toronto.

Une performance pas à l’image du score

Le résultat final peut en faire sourciller plus d’un, mais en réalité, il ne reflète aucunement l’effort donné par les joueurs du club amateur. Les hommes de Nick Razzaghi ont tiré à 22 reprises en direction de Luka Gavran, soit neuf fois de plus que leur adversaire. Ils ont frappé le cadre 11 fois, surpassant le Toronto FC d’une fois à ce chapitre.

Si Toronto FC a établi sa supériorité dans le jeu grâce à peu de déchets techniques et de perte de balle dans la première confrontation, c’est au niveau de la finition qu’ils ont été plus efficaces mardi soir. En effet, sur 10 frappes cadrées, huit ont trouvé le fond du filet tandis que St-Laurent a fait bouger les cordages une seule fois en 11 tentatives. Sans remettre en cause les compétences des joueurs montréalais, c’est dans les petits détails qu’on remarque l’écart entre le niveau amateur et celui professionnel.

L’histoire se crée… encore

Dans la défaite, l’équipe du CS St-Laurent a écrit une autre page d’histoire. La formation se distingue en devenant le premier club amateur à marquer contre une équipe de la Major League Soccer (MLS). C’est à l’aide d’un superbe contrôle orienté que Yann Régis Toualy s’est défait de la pression pour ensuite envoyer Rickson Aristilde dans la profondeur face à face contre le gardien. C’est entre les jambes du gardien qu’Aristilde a dirigé son tir pour inscrire ce but historique.

Leur parcours mémorable s’est peut-être arrêté, mais le club de soccer de St-Laurent a fait vibrer le Québec tout au long de celui-ci. St-Laurent a été un acteur important pour dévoiler le talent de la province québécoise et pour rassembler plusieurs Québécois au tour d’une même équipe non professionnelle. Le fort engouement à leur égard a suscité de nombreuses interrogations concernant l’établissement d’un club professionnel de la CPL au Québec.

Il est possible de revoir l’effectif du CS St-Laurent sur les pelouses chaque fin de semaine dans le championnat de Ligue 1 Québec.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *