Douze Québécoises disponibles pour le repêchage de la LPHF

Demain soir aura lieu le second repêchage de la courte histoire de la LPHF. Un total de douze Québécoises se sont rendues disponibles. Voici un court profil sur chacune d’entre elles. 

Les attaquantes (4)

Emmy Fecteau

Beaucoup a été écrit sur la capitaine sortante des Stingers de Concordia. Originaire de Saint-Odilon-de-Cranbourne, la joueuse de 25 ans est autant capable d’apporter de l’attaque sur un deuxième trio que de piloter un troisième trio plus défensif. Une leader sur la glace comme à l’extérieur, elle a obtenu 25 points en 25 matchs en saison régulière, en plus d’en ajouter 13 en six parties en séries éliminatoires.  

Rosalie Bégin-Cyr

Deux blessures et une année supplémentaire à Concordia n’ont malheureusement pas rendu service à Bégin-Cyr. À pareille date l’an dernier, elle aurait sans aucun doute été repêchée. Elle avait d’ailleurs signé un contrat avec la Force de Montréal avant que la PHF soit vendue et fermée. RBC a toutefois terminé la saison en force, avec 10 points en six matchs en séries du RSEQ. Elle a de très bonnes aptitudes offensives, en plus d’avoir un excellent coup de patin.

Jessika Boulanger

L’attaquante des Carabins vient de terminer ses cinq années universitaires avec une fiche de 10 points en 22 rencontres, pour un total de 57 points en 101 matchs. Elle partage le sommet des joueuses ayant joué le plus de matchs avec les Carabins. Capitaine de l’équipe qui a remporté la médaille de bronze aux championnats universitaires canadiens, la joueuse de 26 ans originaire de Victoriaville va amener beaucoup de leadership à une équipe. 

Sarah-Ève Godbout-Coutu

Originaire de Rouyn-Noranda, l’athlète de 26 ans a passé les trois dernières saisons en Suède. La saison dernière avec Frolunda, malgré une blessure à une cheville qui lui a fait manquer plusieurs parties, l’attaquante a amassé 12 points en 26 matchs dans ce qui est considéré comme la meilleure ligue féminine d’Europe. L’ancienne des Titans de Limoilou a aussi joué avec l’Université Quinnipiac, ainsi que six matchs avec le Six de Toronto dans la défunte NWHL. 

Les défenseuses (5)

Alexie Guay

Défenseuse à l’Université Clarkson, Guay, seule Québécoise en provenance de la NCAA à ce repêchage, avait préalablement joué quatre années à l’Université de Boston. Originaire de Magog, l’athlète de 23 ans est une défenseuse mobile qui a obtenu 23 points en 40 matchs l’an dernier. De tous les repêchages simulés, Fecteau et Guay sont les deux seules Québécoises à y être mentionnées. Bien qu’elle ait signé un contrat avec Modo dans la ligue féminine de Suède, elle a une clause lui permettant de signer dans la LPHF si elle est repêchée.

Kelly-Ann Nadeau

Nadeau vient d’obtenir sa meilleure saison en carrière avec 15 points, ce qui lui a mérité une première présence sur la première équipe d’étoiles du RSEQ. Meneuse de la brigade défensive des Carabins, elle partage le sommet des matchs joués dans le programme des Carabins avec Jessika Boulanger et a été solide en défensive toute la saison. Originaire de Mont-Laurier, l’athlète de 26 ans a également participé aux Jeux mondiaux universitaires l’an dernier, remportant l’or avec Équipe Canada et terminant le tournoi avec une fiche de cinq points et un différentiel de +9.

Marie-Camille Théorêt

La capitaine des Gaiters de l’Université Bishop’s a terminé au deuxième rang des meilleures pointeuses chez les défenseuses. Elle a obtenu une place sur la première équipe d’étoiles pour la deuxième année consécutive. Elle bouge bien la rondelle et apporte autant de leadership que d’attaque à une équipe. Âgée de 25 ans et originaire de Magog, elle a aussi remporté l’or aux Universiades l’an dernier. Ses trois buts ont été un sommet chez les défenseuses d’Équipe Canada.

Christine Deaudelin

La défenseuse de Beloeil a joué en Suisse la saison dernière après avoir été invitée au camp d’entraînement et retranchée de l’équipe de New York dans la LPHF. Avec les Lions de ZSC, elle a remporté le championnat de la deuxième plus forte ligue féminine d’Europe. Elle a obtenu six points en neuf matchs en saison régulière. L’ancienne capitaine des Gee Gees de l’Université d’Ottawa a aussi joué avec la Force de Montréal. C’est la deuixème fois qu’elle se rend disponible pour le repêchage de la LPHF.

Ariane Minville

À sa quatrième saison à l’Université d’Ottawa, la défenseuse de Mascouche a récolté trois aides en 13 matchs en saison régulière et une aide en trois matchs en séries éliminatoires. Âgée de 24 ans, la finissante en criminologie a fait partie de l’équipe académique canadienne d’étoiles à trois reprises lors de son parcours universitaire.

Les gardiennes de but (3)

Tricia Deguire

La gardienne de 26 ans a connu une bonne saison avec la Force de Montréal en 2022-23 avec une moyenne de buts alloués de 2.59 et un taux d’efficacité de 0.918.  Originaire de Sherbrooke, elle a soigné une blessure la saison dernière en devenant entraîneuse vidéo avec le Phoenix de Sherbrooke dans la LHJMQ. L’ancienne de McGill a déjà été nommée sur la deuxième équipe d’étoiles du RSEQ. Elle n’avait pas été repêchée lors du premier repêchage de la LPHF.

Aurélie Dubuc

Originaire de Trois-Rivières, la gardienne de 25 ans a joué avec le Courteau de Louisville dans la Ligue régionale de hockey la saison dernière, une ligue séniore masculine. En quatre matchs, elle a maintenu une moyenne de buts alloués de 4.00 et un taux d’efficacité de 0.872. Elle est retournée avec l’Université d’Ottawa en séries éliminatoires, jouant dans deux parties. En 2023, elle avait été splendide devant le filet d’Équipe Canada aux Jeux mondiaux universitaires, remportant la médaille d’or.

Maude Lévesque-Ryan

Une autre ancienne de l’Université d’Ottawa et originaire de Rimouski, la gardienne de 29 ans a joué en Hongrie et au Kazakhstan après son parcours universitaire. Elle n’a pas joué depuis la saison 2021-2022, devenant consultante hockey et responsable du recrutement des joueuses dans l’ouest de la province pour les Pionnières du Cégep de Rimouski. Lévesque-Ryan a déjà été nommée au sein de la première équipe d’étoiles du RSEQ. Elle n’avait pas été repêchée l’an dernier.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *